LOGO CAELI redim.png

NOTRE CHARTE «CHANTIER VERT» 

Ensemble, changeons notre réalité

NOTRE CHARTE « CHANTIER VERT » 

 

En France comme dans le reste de l’Europe, la question de la collecte et du traitement des déchets est un sujet de préoccupation majeur en matière de développement durable.

Face à des volumes en hausse quasi-continue depuis des dizaines d’années, la réglementation tente de favoriser la mise en œuvre de solutions qui permettent une gestion de nos déchets aussi respectueuse que possible de notre environnement.

 

 

Attentive à la qualité d’un environnement auquel nous tenons tous, la société CAELI s’est donnée les règles suivantes qui constituent notre charte CHANTIER VERT.

 

 

- En triant des déchets via les filières d’élimination disponibles les mieux adaptées et les plus proches en respectant la réglementation dans une approche concrète de développement durable.

- En favorisnt la réutilisation et le recyclage.

- En interdisant l’enfouissement sauvage sur le site et le brûlage à l’air libre.

- En traçant les déchets avec le retour au maître d’ouvrage des bordereaux de suivit de déchets      produits sur le chantier.

 

La démarche « CHANTIER VERT » Concerne tout types de cibles :

 

-      Les flux entrant sur le chantier : engins, matériels et produits utilisés sur le chantier

-      Le chantier lui-même : techniques employées, organisation du pré-tri

-      Les flux sortant du chantier : enlèvement et traitement des déchets

 

 

CAELI s’engage à ne pratiquer, ni accepter, aucune dilution ni aucun mélange de déchets qui permette une absence totale de traitement ou un traitement moins performant que l’exigerait la réglementation en vigueur pour l’un au moins des déchets constitutifs du mélange.

Dans un souci de protection de l’environnement, de la sécurité et de la santé des personnels, CAELI s’engage à garantir la traçabilité de la chaîne et à refuser la prise en charge des déchets dont le traiteur ne serait pas clairement identifier.

Selon le principe de proximité et de limitation des transports, CAELI s’engage à donner la priorité d’admission sur leurs centres de traitement aux déchets régionaux puis aux déchets nationaux.

En fonction de leur provenance et donc de leur typologie, les déchets seront traités différemment et n’auront pas le même impact en termes de gestion.

Leur gestion dépendra du degré de toxicité qu’ils représentent pour l’environnement et la population.

 

 

 

 

     Renforcement de notre charte verte     

 

La société s’est engagé depuis sa création dans une démarche de « chantier vert ». Nous nous engageons aujourd’hui dans une démarche plus globale de « société verte ».

 

Cette démarche s’articule autour de quatre axes d’amélioration contributive.

 

 

1)      Amélioration continue de la charte « chantier vert »

 

La gestion des flux entrants sur les chantiers, du pré tri effectué directement sur le chantier et notamment en industrie mais surtout des flux sortants des chantiers (déchets souillés ou non) ; a permis à l’ensemble de la société de se sentir concerné par cette démarche contributive. Nous avons donc renforcé cette démarche avec un décompte en pourcentage du volume des déchets non valorisés émis par la société et la mise en place d’un circuit de prestataire pour le traitement et recyclage de nos déchets.

 

 

 

 

Les déchets ferreux (caisson VMC, moteur escargot, roulement, palier…)

Les cartons

Le plastique

Le plomb

Les déchets toxiques

 

 

 

Polystyrène non souillé issu d’emballage ou de calage de transport

Polyane (selon le taux de souillure)

 

 

 

Déchets non valorisés (polyane trop souillé, palette, tissus ….)

 

 

 

 

 

 

POUR LE 1er SEMESTRE 2017 ; 83% DES DECHETS ONT SU ETRE VALORISES.

 

A TERME, NOTRE OBJECTIF EST D'ATTEINDRE LES 100% DE DÉCHETS VALORISES

 - DIMINUTIONS DES EMISSION CO2

 

CAELI a lancé un programme de diminution des émissions de CO2.

Nos émissions de CO2 étant difficiles a estimer, nous avons décidé de calculer et de diminuer un maximum notre kilométrage journalier effectué par nos véhicules.

 

En moyenne, un véhicule technique parcourait 96 Km par jour. Depuis le 01/07/2017 un véhicule technique parcourt 79 Km par jour.

 

Les moyens mis en œuvre sont les suivants :

Les agents sont en déplacement dès l’instant où le chantier dure plus d’une journée et se situe à plus de 144Km de l’agence. Pour l’ensemble des chantiers en dehors de ce périmètre, la société s’arrangea condenser ses interventions extérieures dans la même journée ou dans la même semaine pour optimiser les trajets.

 

CAELI met en place également une formation d’éco conduite ou conduite responsable. Cette formation s’articule autour de 10 comportements

 

-      Anticipation : afin de conduite à une vitesse stable, c’est-à-dire en évitant les freinages et accélérations intempestifs il faut anticiper les conditions du trafic routier

-      L’accélérateur : il doit être utilisé en fonction de la configuration de la chaussée. Le simple positionnement qui en découle a un effet direct sur la consommation

-      Le Freinage : selon les caractéristiques techniques du véhicule, le mode de freinage utilisé peut couper l’alimentation en carburant pendant cette phase de conduite

-      La boite de vitesse : qu’il s’agisse d’une boite de vitesse automatique ou manuelle, il est possible d’optimiser son fonctionnement

-      Le compte tours : la surveillance du compte tour permet d’utiliser le moteur dans les plages de fonctionnement les moins « énergivores »

-      La climatisation : le fonctionnement de cet appareil entraîne des conséquences très importantes sur la consommation en carburant

-      Le régulateur de vitesse : cette aide à la conduite est également très intéressante pour l’écoconduite car rend la conduite plu uniforme et limite les phases alternatives d’accélération et de freinage

-      Le chargement : masse à transporter entraîne une sollicitation plus importante du moteur

-      L’aérodynamisme : l’installation de barre de toit ou de galerie comme l’ouverture des fenêtres constituent autant de résistance à la pénétration du véhicule dans l’air

-      Le ralenti : que ce soit au démarrage ou non fait de « laisser tourner le moteur » ne présente aucun intérêt pour le bon fonctionnement de ce dernier.

 

 

L’éco conduit passe également par l’entretien du véhicule :

 

Une vérification régulière effectuée par le technicien peut permettre de déceler des dysfonctionnements qui peuvent entraîner un gaspillage de carburant et des dépenses inutiles :

 

-      Les pneumatiques : la résistance au roulement des pneumatiques représente 1/3 des dépenses en carburant d’un véhicule. Le déséquilibre des roues comme le déréglage de la géométrie pèsent sur la consommation de carburant

-      Le freinage peut générer des frottements inutiles qui impactent sur la consommation

-      Les filtres doivent être changés régulièrement. A défaut ils n’assurent plus complètement leur rôle et polluent

-      Un système d’allumage défectueux à des conséquences importantes sur la consommation

environnementalisme